Espace Information
Les auditeurs internes à l’école
 
REAGIR REAGIR

Ils sont sensibilisés sur l’amélioration de la qualité des rapports fournis et l’utilisation de nouvelles techniques d’audit.

Formation. Voilà le mot-clé de l’atelier de sensibilisation des organes d’audit interne des ministères ouvert mardi à Kribi. Organisé par le Contrôle supérieur de l’Etat, il vise principalement la mise à niveau des inspecteurs généraux (IG) des institutions. " Il faut commencer leur formation, car il faut leur faire comprendre que la vérification telle qu’ils la faisaient avant n’est pas seulement une affaire d’intuition. C’est un schéma qu’il faut suivre et ils ne sont pas toujours formés. Quelques-uns sont nommés un peu comme ça, sans informations techniques ", explique Alfred Enoh, chef de division de la formation et de la coopération internationale.

Cet atelier qui s’achève ce jour réunit une trentaine d’IG, issus des départements ministériels et autres services centraux. Dans le détail, il vise la promotion des normes de vérification édictées à l’échelon mondial par l’Organisation internationale des institutions supérieures de contrôle des finances publiques (INTOSAI). Mais aussi, la redynamisation de la collaboration entre les inspections générales de ministères et l’Institution supérieure de contrôle des finances publiques du Cameroun et un meilleur encadrement des auditeurs internes dans la lutte contre la corruption. Car ceux-ci assurent l’évaluation permanente des activités de l’administration considérée, de manière à vérifier l’atteinte des objectifs de performance de l’entité, ainsi que la conformité de ses faits et actes, aux lois, règlements et procédures en vigueur. Le ministre délégué à la Présidence, chargé du Contrôle supérieur de l’Etat, Siegfried David Etame Massoma, présidant la cérémonie d’ouverture de l’atelier, a souligné l’importance de cette formation. Selon lui, " les conclusions, à l’issue des enquêtes et des missions de vérification, apparaissent quelquefois inexploitables. Cette situation rend fastidieuse la procédure éventuelle de sanction dans le cadre du conseil de discipline budgétaire et financière ou des juridictions pénales ".

Pour les participants, l’atelier tombe à pic. " Il faut réaffirmer la place de l’auditeur dans l’administration. L’acquisition de la technicité permettra de poser des actes plus cohérents. C’est aussi l’occasion d’échanger des expériences, d’établir la relation entre les auditeurs internes et l’Etat et de poser nos problèmes ", affirme Louis Marie Essama, IG au ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique. Comme difficultés, ces professionnels citent les conflits interpersonnels qui naissent après des vérifications. " Il naît parfois des problèmes avec les gens dont nous vérifions l’activité, et qui sont parfois nos employeurs. De plus, il y a absence de planification dans les institutions que nous évaluons ", explique Louis-Marie Essama. Le séminaire devrait cependant apporter des solutions.

B.P.: 376 Yaoundé - Cameroun
Tél.: (00237) 22 22 01 82
Fax: (00237) 22 23 44 03
E-mail:
Copyright © 2008 CREFIAF
Tous droits reservés.